Passer au contenu

News

Kick-off national à l’Université de Lucerne: un premier pas vers la dématérialisation

Kick-off national à l’Université de Lucerne: un premier pas vers la dématérialisation

Justitia 4.0

Intitulée «L’accès au droit sans avoir à déplacer des montagnes de papier», notre manifestation nationale de lancement (kick-off) du projet Justitia 4.0 s’est déroulée le 14 février 2019.

Il y a une année, lorsque nous avons proposé de réaliser une telle manifestation nationale, de nombreuses voix ont fait part de leur scepticisme. Quelle allait être la valeur ajoutée? Cela allait-il en valoir la peine? Allions-nous intéresser le public?

Aujourd’hui, nous pouvons l’affirmer: cela en a vraiment valu la peine!

 

M. Ulrich Meier, président du Tribunal fédéral, et Mme Jacqueline Fehr, conseillère d'État et membre du comité de la CCDJP, ont souligné une nouvelle fois à cette occasion leur volonté de réaliser ensemble ce projet. Nous avons constaté avec plaisir que le grand auditoire de l’Université de Lucerne était comble. Cet intérêt manifeste nous prouve que l’heure est venue d’aborder résolument la question de la dématérialisation dans le domaine judiciaire.

Au cours de la matinée, le public a pu découvrir, grâce à M. Michael Faschingbauer, comment les entrepreneurs à succès gèrent l’incertitude dans des périodes troublées (https://www.youtube.com/watch?v=kHl3Yy_TUvc). Par la suite, M. Klaus Schurig, juge au Landesgericht de Feldkirch (Autriche), a fourni une vision fortement axée sur la pratique de la manière dont un juge autrichien travaille avec un dossier numérisé. M. Schurig, qui utilise les dossiers électroniques depuis des années maintenant, a alors parfaitement réussi à répondre aux réserves émises par de nombreux juges présents.

Les informations sur le projet n’ont pas non plus manqué: M. Jacques Bühler a traité de l’intégration de notre projet sur le plan international, M. Jens Piesbergen a souligné l’importance du virage numérique et des éléments concrets qui devraient en résulter (portail judiciaire, dossier judiciaire électronique, application pour le traitement de dossiers judiciaires électroniques).

Mon exposé sur le modèle de procédure avec des groupes d’experts et des bacs à sable, les considérations de M. Marius Erni sur les aspects architecturaux et les explications de Mme Balawijitha Waeber sur les activités en matière de communication et transformation ont suscité un vif intérêt – de plus amples informations sont disponibles dès maintenant sur notre nouveau site Internet www.justitia40.ch/fr/

L'après-midi était consacrée à des ateliers interactifs qui ont été réalisés en parallèle à plusieurs reprises. L’écho a été globalement positif. L'accent avait été mis sur les possibilités de discuter directement avec certains collaborateurs du projet et d’obtenir une première idée concrète d’un poste de travail numérique grâce à la présentation des solutions développées à Bâle-Ville, au Tribunal fédéral et dans le Bade-Wurtemberg. Nous remercions ici une fois encore tous les orateurs, notamment nos collègues du Bade-Wurtemberg, pour leur engagement remarquable.

Cette manifestation a fortement sollicité toute l’équipe du projet. Tous ont dû faire un effort particulier, et j’adresse ici des remerciements particuliers à Mme Waeber et à M. Bühler, qui ont assumé la responsabilité de l’organisation. Nous sommes définitivement d’avis que cela en valait la peine!

Kick-off national à l’Université de Lucerne: un premier pas vers la dématérialisation

Kick-off national à l’Université de Lucerne: un premier pas vers la dématérialisation

Justitia 4.0

Intitulée «L’accès au droit sans avoir à déplacer des montagnes de papier», notre manifestation nationale de lancement (kick-off) du projet Justitia 4.0 s’est déroulée le 14 février 2019.

Il y a une année, lorsque nous avons proposé de réaliser une telle manifestation nationale, de nombreuses voix ont fait part de leur scepticisme. Quelle allait être la valeur ajoutée? Cela allait-il en valoir la peine? Allions-nous intéresser le public?

Aujourd’hui, nous pouvons l’affirmer: cela en a vraiment valu la peine!

 

M. Ulrich Meier, président du Tribunal fédéral, et Mme Jacqueline Fehr, conseillère d'État et membre du comité de la CCDJP, ont souligné une nouvelle fois à cette occasion leur volonté de réaliser ensemble ce projet. Nous avons constaté avec plaisir que le grand auditoire de l’Université de Lucerne était comble. Cet intérêt manifeste nous prouve que l’heure est venue d’aborder résolument la question de la dématérialisation dans le domaine judiciaire.

Au cours de la matinée, le public a pu découvrir, grâce à M. Michael Faschingbauer, comment les entrepreneurs à succès gèrent l’incertitude dans des périodes troublées (https://www.youtube.com/watch?v=kHl3Yy_TUvc). Par la suite, M. Klaus Schurig, juge au Landesgericht de Feldkirch (Autriche), a fourni une vision fortement axée sur la pratique de la manière dont un juge autrichien travaille avec un dossier numérisé. M. Schurig, qui utilise les dossiers électroniques depuis des années maintenant, a alors parfaitement réussi à répondre aux réserves émises par de nombreux juges présents.

Les informations sur le projet n’ont pas non plus manqué: M. Jacques Bühler a traité de l’intégration de notre projet sur le plan international, M. Jens Piesbergen a souligné l’importance du virage numérique et des éléments concrets qui devraient en résulter (portail judiciaire, dossier judiciaire électronique, application pour le traitement de dossiers judiciaires électroniques).

Mon exposé sur le modèle de procédure avec des groupes d’experts et des bacs à sable, les considérations de M. Marius Erni sur les aspects architecturaux et les explications de Mme Balawijitha Waeber sur les activités en matière de communication et transformation ont suscité un vif intérêt – de plus amples informations sont disponibles dès maintenant sur notre nouveau site Internet www.justitia40.ch/fr/

L'après-midi était consacrée à des ateliers interactifs qui ont été réalisés en parallèle à plusieurs reprises. L’écho a été globalement positif. L'accent avait été mis sur les possibilités de discuter directement avec certains collaborateurs du projet et d’obtenir une première idée concrète d’un poste de travail numérique grâce à la présentation des solutions développées à Bâle-Ville, au Tribunal fédéral et dans le Bade-Wurtemberg. Nous remercions ici une fois encore tous les orateurs, notamment nos collègues du Bade-Wurtemberg, pour leur engagement remarquable.

Cette manifestation a fortement sollicité toute l’équipe du projet. Tous ont dû faire un effort particulier, et j’adresse ici des remerciements particuliers à Mme Waeber et à M. Bühler, qui ont assumé la responsabilité de l’organisation. Nous sommes définitivement d’avis que cela en valait la peine!

FLASH Newsletter

Restez informé(e) sur les activités du programme HIJP.

s'abonner maintenant

Prochaines séances